Histoire
News
Reportages
Clin d’oeil
Souvenirs
Accueil » La Une, News, Reportages

Aston-Martin va combler 25 apprentis James Bond

Déposé par dans 26/06/2020 – 23 11 10 06106Pas de commentaire

L’Aston-Martin DB5, construite à moins de 900 exemplaires entre 1963 et 1965 est à coup sûr une des voitures les plus désirables, au point d’avoir séduit James Bond en personne. La place de choix qu’elle occupe dans Goldfinger en 1964 lui donne une aura bien plus grande encore.

Reprenant le principe de la « continuation » qui avait vu naitre 25 DB4 en 2017, c’est maintenant au tour de 25 DB5 Goldfinger de voir le jour. Ce travail d’envergure est réalisé au siège de la Division du patrimoine d’Aston Martin, à Newport Pagnell, dans le Buckinghamshire, qui est aujourd’hui le plus grand, le mieux équipé et le plus compétent centre de restauration Aston Martin dans le monde. Chaque exemplaire nécessitant plus de 4.500 heures de travail, il faut s’attendre à ce que le programme s’étale sur environ 12 ans…

La voiture est réalisée suivant les techniques de l’époque, mais en bénéficiant de bon nombre de modernisations. Il était bien évedemment impossible de reproduire la voiture de James Bond sans ses gadgets. Elle est donc équipée de plaques d’immatriculation tournantes, d’un système projetant de d’huile, de mitrailleuses avant, du bouclier pare-balles qui se déploie derrière la vitre arrière et en option, du panneau de toit amovible permettant de « débarquer » le passager. L’intérieur fourmille de commandes en tous genres, principalement factices, car créer un écran de fumée ou semer des clous feraient mauvais genre dans la circulation et je ne vous parle pas des mitrailleuses ! Tous ces gadgets ont été développés en association avec Chris Corbould Obe, le superviseur des effets spéciaux dans une douzaine de James Bond.

Paul Spires, président d’Aston Martin Works déclare: « Nous faisons des jouets parmi les plus souhaitables jamais construits pour 25 acheteurs très chanceux dans le monde entier. Très chanceux est le mot, car la DB5 est annoncée à 2,75 millions d’euros, hors taxes. Des clients parfois aussi très combinards, car les voitures n’étant pas « road legal », il faudra nécessairement passer par des procédés d’immatriculation pas très académiques pour en mettre une sur la route !

Jacques Bougnet

Crédit photos : AstonMartin/Média

 

Partagez :
  • Print
  • Digg
  • StumbleUpon
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Yahoo! Buzz
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • Google Buzz
  • LinkedIn
  • Live
  • email
  • Identi.ca
  • RSS
  • MySpace
  • Ping.fm

Laisser un commentaire!

Ajouter un commentaire ci-dessous ou trackback depuis votre propre site. Vous pouvez aussi souscrire à ces commentaires via un flux RSS.

Merci de faire preuve de respect et de ne pas spammer ce billet.

Vous pouvez utiliser ces tags html:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site est compatible avec les Gravatar. Pour obtenir votre propre avatar, merci de vous enregistrer sur Gravatar.