Histoire
News
Reportages
Clin d’oeil
Souvenirs
Accueil » News

“Beetle Story” jusqu’au 25 mars Autoworld

Déposé par dans 19/02/2018 – 16 04 47 02472Pas de commentaire

Lancée dans le contexte de la 10e Love Bugs Parade, le musée Autoworld rend hommage à la coccinelle dans une rétrospective des principaux modèles qui ont fait sa renommée. Il y a juste 70 ans, la première coccinelle arrivait en Belgique, importée par Pierre D’Ieteren. Elle n’avait alors qu’une dizaine d’années et fut même, un temps, assemblée à l’usine de Forest.

Depuis, la Cox a fait du chemin, au propre comme au figuré. Dans les années ‘50, elle fit le périple jusqu’au Congo, et aujourd’hui encore, de aventuriers aiment traverser les continents à bord de cette auto solide et pleine d’humour. Tous les amoureux de la Cox vous le diront, la coccinelle est avant tout la nostalgie d’une époque. C’est aussi un bruit généré par le boxer refroidi par air, une odeur, des sensations et… tant de convivialité !

Née en 1938 de l’imagination de l'ingénieur Ferdinand Porsche, la coccinelle n’a cessé de séduire les automobilistes du monde entier. Neuve ou d'occasion, on estime qu'au moins 120.000.000 de personnes ont été à un moment ou à un autre propriétaires d'une Coccinelle !

Les collectionneurs reconnaissent l’évolution de leur voiture préférée à une foule de détails, dont la lunette arrière, passant du type binocle à ovale puis à rectangulaire. Aux premiers cabrios, dont le toit consistait en une toile à enrouler, qui firent leur apparition dès le printemps 1950.  L’évolution de la cylindrée marque aussi des tournants décisifs: 1200cc de 34CV,1300cc de 40CV, 1500cc de 44CV…

Citoyenne du monde, la Coccinelle n'était pas seulement vendue dans tous les pays imaginables. Elle fut aussi produite dans rien moins que 20 pays au total.

En 1996 débuta en Belgique la production d'une voiture de course universelle en ce sens qu'elle accueillait tout le monde à son volant. On en construisit même des versions biplaces. La première édition de la VW Fun Cup eut lieu en 1997. Habillée d'une copie en polyester de la Coccinelle, cette petite voiture étonnante, donne à tous, pilotes et spectateurs, les sensations pures et enivrantes d'un sport automobile accessible et sain.

La saga de la Coccinelle ne serait pas complète sans évoquer l'épisode qui la vit devenir vedette internationale de cinéma sous le nom de Herbie. Dans le film américain "Love Bug" (sortie il y a tout juste 50 ans), dont la version française s'intitulait "Un amour de coccinelle", l'héroïne s'appelle Herbie, une Coccinelle qui sait tout faire. Elle fait des courses, suscite des idylles, est tour à tour compréhensive ou en fureur, en un mot, c'est une voiture exceptionnelle dotée d'une vraie personnalité !

En 1998, la New Beetle fait ses débuts, très attendus, ressuscitant la forme magique de sa légendaire aïeule sans être pour autant un remake de l’originale. Car c’est bien d’un véhicule moderne complètement nouveau dont il s’agit : fonctionnelle, d’un niveau de confort élevé et bénéficiant des mesures de sécurité les plus modernes. Aux dimensions extérieures et intérieures sensiblement plus grandes que la Coccinelle, elle n’a pas la moindre pièce en commun avec son aïeule.

De New Beetle en Beetle, fermée ou en version cabrio, elle ne cessera d’évoluer jusqu’à cette année 2018 où la série "Last Edition", annonce la fin de sa production en l’Europe.

Autoworld propose une belle rétrospective de cette Amour de voiture, jugez-en: la Coccinelle VW 30,  prototype de la toute première coccinelle VW, la Coccinelle binocle de 1950, la Coccinelle cabrio 1303 de 1979, l’Ultima Edicion de 2003, dernière production de l’usine de Mexico, la New Beetle de 1998 et la  Beetle Last Edition, la boucle est ainsi bouclée. « Bye-bye Beetle ! »

Sur le podium au bout du Blue Boulevard, Autoworld continue à rendre hommage au mouvement hippie né dans les années ’60 aux Etats-Unis. Dans un environnement typique des festivals de l'époque seront installés un Combi T1, le bus Flower Power, la Coccinelle n° 53 du film « The Love Bug », une reproduction de la Cox africaine qui fit le voyage jusque Léopoldville dans les années ‘50 et la Fun Cup Flower Power… car elle est trop belle !

Infos pratiques : Autoworld - Esplanade du Cinquantenaire – 1000 Bruxelles. Ouvert tous les jours – même le lundi – de 10h à 17h (week-end jusque 18h) L’entrée au musée est au prix de : 10€/adulte - 8€/senior – 7€/étudiant - 4€/enfant 6-12 ans - gratuit pour les moins de 6 ans. Infos : www.autoworld.be ou +32.2.736.41.65 – et Facebook fanpage
Partagez :
  • Print
  • Digg
  • StumbleUpon
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Yahoo! Buzz
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • Google Buzz
  • LinkedIn
  • Live
  • email
  • Identi.ca
  • RSS
  • MySpace
  • Ping.fm

Laisser un commentaire!

Ajouter un commentaire ci-dessous ou trackback depuis votre propre site. Vous pouvez aussi souscrire à ces commentaires via un flux RSS.

Merci de faire preuve de respect et de ne pas spammer ce billet.

Vous pouvez utiliser ces tags html:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site est compatible avec les Gravatar. Pour obtenir votre propre avatar, merci de vous enregistrer sur Gravatar.