Histoire
News
Reportages
Clin d’oeil
Souvenirs
Accueil » Zoom, Histoire, Made in Belgium

Un précurseur belge: Ferdinand Verbiest (1623-1688)

Déposé par dans 21/05/2016 – 7 07 20 05205Un commentaire

1Hé oui, ces dates sont exactes! Né à Pittem, dans le comté de Flandre, Le père Ferdinand Verbiest, jésuite et missionnaire, illustre mathématicien et astronome, exporta sa science en Chine. Il mit ses connaissances au service de la réforme du calendrier, ce qui lui valu l'estime, puis l'amitié de l'empereur Kangxi.

Auteur de nombreux traités scientifiques, géographiques et religieux écrits pour la plupart en chinois, cet esprit inventif s'intéressait entre autre à l'usage de la vapeur.

En 1672, pour mettre en pratique ses études sur les chaudières, il en installa une sur un petit chariot. Le jet de vapeur actionnait une roue à aube qui entrainait les roues par un jeu d'engrenage.

Le dessin ci-contre est de la main de l'inventeur, tout comme sa description, publiée en 1685, en latin, dans son traité "Astronomia Europea":

2" Il y a environ trois ans, alors que je poursuivais quelques expériences relatives au fonctionnement de l'éolipile (petite chaudière), je construisis un petit chariot de deux pieds de longueur, au milieu duquel je plaçai un récipient rempli de braises et surmonté d'un éolipile. L'axe des roues avant portait une roue de bronze dont les dents s'engageaient avec celles des roues reliées à un arbre porteur de quatre ailes sur lesquelles était dirigé le jet de l'éolipile. Une barre reliée à l'essieu arrière permettait de le faire pivoter de façon que le chariot fut en mesure de décrire un cercle ".

Même si l'ensemble était rudimentaire et de petite taille, il n'empêche qu'il s'agit là du premier véhicule à s'être déplacé grâce à une mécanique entrainant ses roues (*), près de 100 ans avant que Nicolas Cugnot ne réalise son fardier.

Notre intention n'étant pas de créer du rififi au panthéon des inventeurs, disons que le véhicule du Père Verbiest avait une vocation scientifique et peut être considéré comme l'ancêtre du fardier de Cugnot. L'approche de Nicolas Cugnot était toute autre puisque son intention était de créer un véhicule de transport.

JB

 (*) C'est le fait d'entraîner les roues par un procédé mécanique qui est important, car l'idée d'animer un chariot à l'aide d'un pétard, c'est-à-dire sans transmission aux roues, remonte à la Chine Impériale.

Partagez :
  • Print
  • Digg
  • StumbleUpon
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Yahoo! Buzz
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • Google Buzz
  • LinkedIn
  • Live
  • email
  • Identi.ca
  • RSS
  • MySpace
  • Ping.fm

Un commentaire »

  • Pr S. Feye dit :

    Ce qui est surtout intéressant, c’est que ce traité était rédigé en latin, ce qui rappelle que cette langue européenne toujours vivante, ne remonte pas, comme on l’entend régulièrement, à l’époque de l’empire romain d’Occident. En effet, la littérature latine classique (de Plaute à Tacite), représente 0,01% de toute la littérature latine !

    https://youtu.be/2Z9n63iJK-E

Laisser un commentaire!

Ajouter un commentaire ci-dessous ou trackback depuis votre propre site. Vous pouvez aussi souscrire à ces commentaires via un flux RSS.

Merci de faire preuve de respect et de ne pas spammer ce billet.

Vous pouvez utiliser ces tags html:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site est compatible avec les Gravatar. Pour obtenir votre propre avatar, merci de vous enregistrer sur Gravatar.