Histoire
News
Reportages
Clin d’oeil
Souvenirs
Accueil » Histoire

Nom de code : X1/9…

Déposé par dans 08/08/2013 – 11 11 31 08318Pas de commentaire

1Fiat, qui voulait trouver un successeur au joli petit cabriolet 850, vendu à plus de 150.000 exemplaires, était partagé entre la technique de la 850, une propulsion à moteur arrière et celle de la nouvelle 128, première traction avant de la marque. Bertone, qui avait introduit le moteur central sur la magnifique Miura, avait provoqué la sensation en présentant, au salon de Turin 1969, un runabout Autobianchi A112, dû à Marcello Gandini, chef styliste maison.

Fiat_X1-9Après de nombreuses hésitations, c’est ce prototype qui inspirera Fiat pour habiller la mécanique assez modeste de la Fiat 128. Le moteur central et transversal de 1290cc est le 4 cylindre de la 128 Rallye qui développe 75cv, associé à une boîte 4 dont la 3e était vraiment trop courte. L’arrivée en 1978 du moteur 1498cc de la Ritmo de  85cv accouplé à une boîte 5 améliorera bien les performances. lors de son passage sous le giron de Bertone, l’X1/9 sera équipée d’une injection électronique pour le marché américain.

fiat-x1-9Cette stricte deux places, première voiture italienne de grande série à moteur central arrière, séduit par sa ligne « en coin », ses phares rétractables et son toit amovible. Dès son lancement, elle est équipée de 4 McPherson et de 4 freins à disques sans servo. La carrosserie est monocoque autoportante dont la structure est très rigide à zones déformantes. Au fil des années, le tableau de bord se garnira et la voiture sera déclinée en de nombreuses couleurs, parfois même bicolore. De nombreuses séries spéciales verront aussi le jour, sous le nom de « Corsa », « Echelle », « Lido », etc…

Confirmant son originalité, le modèle sera commercialisé sous son nom de code X1/9. La vraie raison était que Fiat craignait qu’elle ne compromette son numéro « 128 « , en cas d’échec

2

Sortie une semaine après le salon de Turin 1972, pour ne pas faire de l’ombre à la nouvelle 131, l’X1/9 séduit immédiatement le public jeune, tant en Europe qu’aux USA. En 1978 elle sera, pour tous les marchés, enlaidie par des pare-chocs dont seuls les américains ont le secret.

Fiat, qui voulait alors s’impliquer plus en compétition, avait envisagé de booster l’X1/9, avant de se tourner vers la Stratos, ce qui s’est avéré être un excellent choix. Plusieurs préparateurs, privés dont Abarth et Dellara lui trouveront assez facilement des chevaux supplémentaires, car le moteur avait été assagi pour être sûr d’obtenir toutes les homologations US.

En 1982, Bertone reprend le modèle. La ligne de montage quitte donc Lingotto pour s’installer chez Bertone et gomme tout logo Fiat. Ici aussi, différentes séries spéciales verront le jour singularisées par un intérieur cuir, des vitres électriques, des jantes alu, etc…

MC 2013 PH MICHEL DARTEVELLEMis à part son manque de puissance, l’X1/9 n’a pas grand-chose à se reprocher. C’est un petit cadeau de la marque à plus de 170.000 passionnée en 17 ans de production.  Reste à surveiller la rouille et l’état du circuit de refroidissement pour éviter la surchauffe. Les pièces mécaniques sont trouvables, mais il faut de bien petites mains pour accéder au moteur…

JB

Partagez :
  • Print
  • Digg
  • StumbleUpon
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Yahoo! Buzz
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • Google Buzz
  • LinkedIn
  • Live
  • email
  • Identi.ca
  • RSS
  • MySpace
  • Ping.fm

Laisser un commentaire!

Ajouter un commentaire ci-dessous ou trackback depuis votre propre site. Vous pouvez aussi souscrire à ces commentaires via un flux RSS.

Merci de faire preuve de respect et de ne pas spammer ce billet.

Vous pouvez utiliser ces tags html:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site est compatible avec les Gravatar. Pour obtenir votre propre avatar, merci de vous enregistrer sur Gravatar.