Warning: set_time_limit() has been disabled for security reasons in /home/clients/923df414e0a8129c4737e91ad2f19d52/auto-satisfaction.be/wp-content/plugins/subscribe2/subscribe2.php on line 64
Le moteur à cylindrée variable : une nouvelle invention presque centenaire | Auto-Satisfaction
Histoire
News
Reportages
Clin d’oeil
Souvenirs
Accueil » Histoire

Le moteur à cylindrée variable : une nouvelle invention presque centenaire

Déposé par dans 03/01/2013 – 22 10 59 01591Pas de commentaire

Plusieurs marques, dont VW, proposent depuis peu un moteur dont la cylindrée peut varier. Lorsque vous n’avez pas besoin d’une grande puissance, des cylindres cessent  tout simplement de fonctionner.

Dans les années ’80, BMW et Ford ont réalisé des études très poussées. Cadillac a construit des moteurs V8 de 6 litres de cylindrée, qui coupaient électroniquement 2 ou 4 cylindres, réduisant la  cylindrée à 4500 ou à 3000cc. L’économie de 10%  n’a pas convaincu les acheteurs qui trouvaient pourtant cette option au catalogue US 1981. On se souviendra également que durant des périodes difficiles, des mécaniciens désactivaient définitivement des cylindres, gagnant du carburant et bon nombre de vibrations.

Mais l’histoire, même si on a tendance à l’oublier, remonte parfois bien loin…

Frank J Enger, ingénieur américain, crée comme tant d’autres sa société de construction automobile, en 1909, sous le nom d’Enger Motor Car Company, profitant de la fortune familiale gagnée dans les transports. L’usine, installée à Cincinnati dans l’Ohio, équipe ses voitures d’un moteur 2 cylindres de fabrication maison, puis se lance en 1915 dans la fabrication d’un moteur V12 de 3.725cc à soupapes en tête, développant 55cv à 3.000 tours minute. En 1916, il lance une nouveauté révolutionnaire. Le « Twin-Unit Twelve », un moteur permettant d’utiliser 12 ou 6 cylindres selon les besoins!

Un petit levier placé sur la colonne de direction, permettait de couper l'arrivée d'essence et de lever les soupapes d’échappement d’une rangée de 6 cylindres, vous mettant alors au volant d’une 6 cylindres tout à fait économique.

Mais comme tous les précurseurs, Frank J Enger rencontra des problèmes tel la lubrification des cylindres inactifs toujours en action, Le peu de confiance des acheteurs potentiels, le prix dérisoire de l’essence et une voiture vendue 1095, puis 1295 dollars - soit 3 fois le prix d’une Ford « T » - vous donne les éléments de la déroute.

En grande difficultés, la société était au bord du dépôt de bilan lorsque Frank J Enger, condamné par un cancer, mit fin à ses jours le 4 janvier 1917.  Malgré ses dernières volontés pour que la société perdure, elle fut mise en liquidation de 24 mai 1917.

Sur une production de plusieurs milliers de voitures, seules 317 Twin-Unit Twelve auraient été construites, en tourer et en roadster, mais aucune ne semble être arrivée jusqu’à nous…

JB

 

 

Partagez :
  • Print
  • Digg
  • StumbleUpon
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Yahoo! Buzz
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • Google Buzz
  • LinkedIn
  • Live
  • email
  • Identi.ca
  • RSS
  • MySpace
  • Ping.fm

Laisser un commentaire!

Ajouter un commentaire ci-dessous ou trackback depuis votre propre site. Vous pouvez aussi souscrire à ces commentaires via un flux RSS.

Merci de faire preuve de respect et de ne pas spammer ce billet.

Vous pouvez utiliser ces tags html:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site est compatible avec les Gravatar. Pour obtenir votre propre avatar, merci de vous enregistrer sur Gravatar.