Histoire
News
Reportages
Clin d’oeil
Souvenirs
Accueil » trucs, astuces et choses à savoir

Transporter un véhicule par la route et bien arriver à destination

Déposé par dans 10/03/2011 – 22 10 37 033734 Commentaires

Nous avons sans doute tous un jour trouvé la voiture de nos rêves, parfaite ou épave, complète ou non, sans freins, sans documents, en Belgique ou à l’étranger, etc… La liste est longue. Alors comment la rapatrier au garage en toute légalité et/ou sécurité ?

Mon propos est de vous aider, que vous soyez « débutants en transport» ou non, pour que votre transport se passe au mieux pour vous et votre attelage. Ce n’est en aucun cas un guide complet et exhaustif du remorquage, les cas spécifiques étant très nombreux en ce domaine !

Moyens de transport

Si vous possédez personnellement un camion plateau ou la remorque à tracter, c’est évidemment plus facile et vous savez alors certainement à quoi vous en tenir.

Si non, vous pouvez louer ce genre de véhicule pour une durée donnée. Il est beaucoup plus facile de trouver un loueur de remorque qu’un camion-plateau à louer. Il est d’ailleurs très probable que vous ne trouverez qu’une camionnette-plateau à louer, pour des raisons de permis de conduire B, alors que le camion exigeant le permis C. Mais dans le cas d’une camionnette, donc limitée à 3.5 T en charge, vérifiez bien la charge utile autorisée. Vous risquez là une première déconvenue, car il est presque impossible d’en trouver une dont la charge utile dépassant 1300 Kgs. Ceci peut sérieusement handicaper le transport de véhicules anciens parfois assez lourds (américaines, véhicules à châssis séparé, utilitaires, …). Il faut alors envisager une remorque lourde, tractée par un véhicule tout aussi lourd (Jeep, camionnette). La conduite d’une camionnette-plateau ne pose pas de problèmes particuliers. Ne pas oublier toutefois la longueur totale (lors des manœuvres, notamment), la largeur et la masse totale en mouvement, ainsi que le porte-à-faux arrière.

La remorque est très répandue, et se loue facilement en général, avec une caution. Il y a toutefois lieu de vérifier certaines choses :

  1. choisissez la remorque adaptée à la masse à transporter (que vous devriez connaître). Cela paraît évident, mais des remorques surchargées ou l’ayant été obligent les roulements, les pneus, le piston de freinage par inertie à travailler au-delà de leurs limites, avec les conséquences imaginables : fusée brisée, éclatement, remorque sans freins…
  2. vérifiez la capacité de remorquage de votre véhicule tracteur. Pour tous les véhicules récents (moins de 30 ans), vous trouverez l’information sur la plaquette châssis du constructeur sur laquelle figurent la Masse Maximum Autorisée (MMA) du véhicule et la Masse Maximum Autorisée du Train (MMAT). La différence entre ces deux valeurs vous donne la masse maximale que vous pouvez remorquer. C’est important également pour ne pas endommager votre véhicule : surchauffe moteur, embrayage grillé, sollicitation des freins, etc… Si vous ne trouvez pas la plaquette, vous pouvez vous rendre à votre station de contrôle technique avec le numéro de PVA de votre véhicule tracteur, et leur demander l’information. Ils l’ont ! Parfois encore sur les vieilles microfiches peu lisibles, mais ils l’ont !
  3. vérifiez l’état de la remorque. Une remorque louée en bon état est un gage de tranquillité pour votre transport, et cela se voit rapidement : état des feux, des rampes, des garde-boues, du treuil (câble effiloché = danger !), des pneus, de la roue-jockey, etc… Si ce n’est pas le cas, louez-en une autre.
  4. vérifiez que le loueur autorise la sortie de la remorque du pays. Ce n’est pas toujours le cas ! En cas de voyage à l’étranger, pensez à demander les documents originaux de la remorque en vue de tout contrôle de police ou de douane.
  5. mentionnez toute trace de dégradation sur la feuille de location ou son annexe. A défaut de quoi vous pourriez pâtir des dégâts des autres et perdre votre caution !
  6. vérifiez la présence d’une roue de secours (les roues d’une remorque chauffent pas mal !) et sa pression. Essayez d’avoir aussi un antivol en prêt (pratique pour la nuit d’hôtel, l’arrêt-repas, etc…)
  7. contrôlez la compatibilité de l’éclairage de la remorque avec celui de votre véhicule, la pression des pneus (en général assez élevée d’ailleurs !), le fonctionnement du frein à main de la remorque et l’arrimage des rampes.
  8. vérifiez aussi si vous avez le bon permis ! J’y reviens plus loin.

Matériel – Accessoires

 

Pensez à…

  1. des gants, bien utiles pour manipuler les rampes, le treuil, les sangles, etc…
  2. une veste fluo, en cas d’arrêt en bord de route.
  3. l’ensemble des documents de la remorque ou de la camionnette-plateau.
  4. des sangles professionnelles robustes. Bannissez les sangles entaillées, effilochées, etc… Certains préfèrent des grosses cordes.
  5. une ou deux chaînes, avec des manilles, pour complémenter éventuellement l’arrimage du véhicule.
  6. une ou deux cales pour immobiliser la remorque dételée.
  7. quelques outils de base.
  8. des sandows efficaces et du rouleau adhésif puissant.
  9. une clé en croix.
  10. un cric adapté pour changer une roue de remorque.
  11. une baladeuse bien chargée, pour les ennuis nocturnes.
  12. une bâche ou un tapis pour vous coucher par terre au besoin.
  13. le matériel spécifique pour extraire éventuellement le véhicule de l’endroit de stockage.

Permis

 

Pour conduire la camionnette, vous n’aurez besoin que de votre permis B. Pas de souci donc! Attention simplement à ne pas vous trouver au dessus de 3500 Kgs, une fois chargé.

Pour tracter la remorque, vous aurez besoin du permis B+E très certainement. Toutefois, si la Masse Maximum Autorisée (MMA) théorique de la remorque (à vérifier sur les documents de la remorque) ne dépasse pas la masse à vide du véhicule tracteur à vérifier dans la notice de bord) et si la somme de la MMA de la remorque et de la masse réelle du véhicule tractant est inférieure à 3500 Kgs, le permis B seul peut suffire, tout au moins si les forces de l’ordre que vous avez devant vous le savent et veulent bien l’admettre !

Exemple:

Véhicule tracteur BMW série 5 récente : Masse à vide = +/- 1600 Kgs. Masse réelle lors du déplacement, avec outils, bagages, 2 personnes à bord, plein de carburant = +/- 1900 Kgs.

Remorque chargée : MMA = 1500 Kgs.

Le permis B suffit théoriquement, car 1500 Kgs < 1600 Kgs et 1900 Kgs + 1500 Kgs = 3400 Kgs, ce qui est inférieur à 3500 Kgs.

Les deux conditions doivent être respectées simultanément !

Si vous disposez encore de votre ancien permis belge, du type B, vous pouvez le faire changer en permis européen, et vous obtiendrez automatiquement un permis B+E sans devoir passer d’examen en auto-école. Cela peut être utile à savoir…

La Masse Maximum Autorisée (MMA) : exemple pour une Jeep :

2440 kg = MMA de la Jeep seule.

5440 kg = MMA du train roulant, c-à-d la Jeep chargée et la remorque chargée.

1245 kg = MMA sur le train Av de la Jeep.

1335 kg = MMA sur le train Ar de la Jeep.

Ceci signifie que cette Jeep peut théoriquement tirer au maximum une remorque de 5440 - 2440 = 3000 Kgs.

Conduire l’attelage

 

Vous devrez bien sûr d’abord vous familiariser avec la traction de la remorque vide : son accrochage, sa largeur, sa longueur, sa stabilité (les doubles/triples essieux sont supérieures en ce domaine).

Certaines remorques peuvent être très lourdes, même à vide (900 Kgs !), allant jusqu’à 3500 Kgs !

N’oubliez pas que dans les courbes, la remorque « tourne plus à l’intérieur » et pourrait accrocher bordures, panneaux, autres véhicules, murets, etc… De même, l’arrière de la remorque opposé à la courbe prise va se déporter lui aussi légèrement.

Les marches arrière avec une remorque sont une question d’entraînement et de pratique. Elles sont bien plus faciles avec une remorque à deux essieux qu’avec une à simple essieu. Il faut « simplement » retenir que pour envoyer l’arrière de la remorque vers la gauche, vous devez braquer vos roues à droite…. Après quelques essais, cela ira en principe.

Une fois le véhicule chargé et correctement arrimé (cales, sangles tendues, chaîne supplémentaire éventuelle de blocage autour de l’essieu), en route, mais je vous conseille de vous arrêter après une dizaine de kms et de retendre ce qui doit l’être, car le véhicule chargé se sera « mis en place » et peut avoir bougé. En outre, vous aurez probablement déjà atteint la vitesse à laquelle vous souhaiterez vous déplacer, et « senti » la stabilité de la remorque à cette vitesse-là. Il faudra peut-être repositionner l’auto sur la remorque.

Faites attention en passant les sangles ou chaînes autour des essieux à ne pas écraser les conduites ou câbles de frein, ou autres!

Personnellement, j’essaye toujours d’« écraser » un peu l’auto sur ses suspensions, pour limiter ses débattements et éviter qu’elle ne se dandine sur la remorque, en me servant des anneaux d’arrimage de l’auto. L’auto « scotchée » et la remorque forment alors une espèce de bloc unique.

Pour bien charger l’auto, il faut en principe mettre un peu plus de poids à l’avant de la remorque, de façon à « écraser » légèrement la suspension arrière du véhicule tracteur, tout en respectant le poids maximum autorisé sur la flèche (voir l’autocollant sur l’attelage ou indication sur la plaquette de l’attelage). C’est fou ce qu’avancer ou reculer l’auto de seulement 10-15 cm sur la remorque peut changer les choses ! Quand l’auto est chargée, et avant de l’arrimer, prenez du recul vis-à-vis de votre attelage et vérifier que le nez de la remorque « plonge » légèrement. Avec l’expérience, vous vous fierez à la position de la roue arrière du véhicule tracteur par rapport à son bord d’aile arrière.

Les voitures à moteur arrière ou central seront montées en marche arrière, sinon l’instabilité est garantie et c’est très désagréable, même à 90 Km/h !!

Surgonflez légèrement les pneus arrière du véhicule tracteur.

Si la voiture transportée est en superbe état, la « protéger » avec une housse n’est pas une bonne idée, car cette housse va frotter la peinture et la griffer, prendre le vent, se déchirer peut-être… et finalement vous embêter plus qu’autre chose. Nettoyer l’auto à l’arrivée sera plus aisé !

N’oubliez pas de bien verrouiller tous les ouvrants du véhicule, et renforcez au besoin les fermetures des portes et capots aux mécanismes grippés au moyen de sandows ou sangles.

Vous pourriez rencontrer de la pluie ou de l’orage. Vérifiez donc que les vitres ferment bien et restent bien en position haute. Du ruban adhésif peut être utile dans ce cas.

Pour les décapotables, évitez à tout prix que le vent ne prenne dans la capote. Il vaut parfois mieux transporter l’auto décapotée avec le couvre-tonneau bien arrimé sur ses pressions.

Pensez aussi à bien bloquer la roue Jockey de la remorque en position relevée.

La vitesse à adopter doit être bien choisie, elle est fonction de beaucoup de choses : puissance (toujours garder une bonne réserve) et masse du véhicule tracteur, nombre d’essieux de la remorque (qui conditionne sa stabilité), masse de la remorque chargée, profil de la route, etc…

Dans certains pays voisins, les limitations de vitesse sont strictes en cas de remorquage !

Il faut toujours se méfier des descentes sur routes et autoroutes, même en ligne droite ! C’est pratiquement toujours là que les frayeurs (au mieux !) ou les accidents (au pire !) se produisent. La remorque commence à pousser la boule du véhicule tracteur qui amorce un mouvement de lacet, qui va s’amplifier jusqu’à……  Ne surtout pas freiner à ce moment-là, ce qui ne ferait qu’amplifier le phénomène, mais au contraire, oser accélérer et forcer la voiture à tracter à nouveau la remorque, et enfin donner un violent coup de frein pour tout calmer quand tout est redevenu stable - mais c’est plus facile à dire qu’à faire ! Le tout se passe en quelques secondes hélas, et cela se termine bien ou mal en fonction de la rapidité de réaction.

Ces endroits dangereux sont très souvent signalés par des limitations de vitesses temporaires, surtout en France.

Personnellement, je ne conseille pas d’enclencher le régulateur de vitesse du véhicule tracteur lorsque la remorque est chargée si vous vous déplacez à une vitesse proche de celle des poids lourds. Lors des dépassements, vous risquez d’être déstabilisé par la traînée aérodynamique du poids lourd, avec les conséquences imaginables !

Gardez toujours vos distances par rapport à vos précédents. Votre masse à ralentir est bien différente de celle à laquelle vous êtes habitué.

Maintenez propres vos vitres avant et vos rétroviseurs – y compris ceux supplémentaires montés sur bras éventuellement. Vous aurez ainsi une bonne surveillance de la remorque et de ce qui se passe derrière !

Ajustez le réglage des phares si vous roulez la nuit.

Faites des pauses régulières, qui vous permettront de jeter un œil à l’auto chargée, son arrimage, la température des pneus ou des jantes (un frein qui commence à serrer !), etc…

Rouler à l’étranger

 

En Belgique et au Luxembourg, il n’y a pas de limitations de vitesse spécifiques pour les attelages, et la circulation est libre sur toutes les voies de circulation , mais dans certains pays il existe des restrictions pour les attelages sur autoroute :

Pays-Bas :  90 Km/h pour les caravanes, 80 Km/h (!!) pour les autres remorques. Donc, on ne double quasiment jamais quand on tire une remorque en Hollande…. ! Mais on se fait doubler par les camions… Pas très logique ni rassurant, je vous l’assure !

France : pas de limitations de vitesse, sauf si mentionné explicitement (descentes). Un attelage de plus de 7 mètres est toujours interdit sur la troisième voie.

Grande-Bretagne : La vitesse est limitée à 96 Km/h (60 MPH) sur autoroute, la troisième bande est aussi interdite. 80 Km/h (50 MPH) sur routes.

Allemagne : 80 Km/h sur autoroute (certaines remorques peuvent aller à 100 Km/h, mais je ne connais pas les modalités). Troisième bande interdite.

Suisse : 100 Km/h sur autoroute. Vignette autoroutière obligatoire aussi pour la remorque.

Espagne : 2 triangles de secours obligatoires. Pas d’autres infos.

Cette liste est bien sûr très incomplète et toute information est la bienvenue.

En conclusion

Contrairement à ce que vous pourriez penser après cette lecture, remorquer peut très bien se passer, à condition de prendre un maximum de précautions : Matériel en très bon état et adapté, arrimage soigné, un petit contrôle régulier durant le trajet, une vitesse raisonnable, un chauffeur attentif et reposé…

Mais rien ne remplacera vos diverses expériences et les kilomètres avalés qui vous donneront de l’expérience! Néanmoins, si ces perspectives ne vous rassurent pas, vous pouvez toujours faire appel à quelqu’un de plus expérimenté.

Je ne prétends pas avoir été exhaustif, mais je pense avoir abordé pas mal d’aspects du remorquage, mais les cas sont multiples. Peut-être avez-vous la remorque et le véhicule à transporter, mais pas le véhicule pour tracter! Peut-être avez-vous un autre type de remorque (bateau, caravane, van, ..) à tracter...

Je reste bien sûr à votre disposition pour toute question ou conseil, vous pouvez me joindre au 0494/06.05.04 ou via philclassics@base.be

A bientôt peut-être… avec ou sans remorque !

Philippe Houssard

Partagez :
  • Print
  • Digg
  • StumbleUpon
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Yahoo! Buzz
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • Google Buzz
  • LinkedIn
  • Live
  • email
  • Identi.ca
  • RSS
  • MySpace
  • Ping.fm

4 Commentaires »

  • Tom dit :

    Beau résumé et merci pour les renseignements.
    Malgré tout, un détail m’a surpris. Vous dites qu’on recevra le permis B+E dans le cas où on échange son ancien permis B contre un nouveau permis européen? Est-ce bien vrai cela?.

  • Clarice dit :

    Ce sont des bonnes informations. Vous avez raison, c’est très important de choisir la remorque adaptée à la masse à transporter. Evidemment, si on ne choisit pas la bonne remorque, cela ne va pas marcher ! Je ne savais pas qu’au Belgique et au Luxembourg, il n’y a pas de limitations de vitesse spécifiques pour les attelages.
    Clarice | http://www.grouperivest.com/services/service/

  • Christophe Carlier dit :

    Je vous remercie de ce partage d’information. Vous m’avez bien expliqué comment transporter des choses lourdes comme les véhicules et les machineries industrielles. Je suis travailleur de construction et je dois trouver un moyen de transporter les tracteurs et les véhicules comme cela. C’est bien de savoir que j’aurais besoin d’un permis pour transporter les choses lourdes. Merci encore !
    -Chris | http://jack-2000.com

  • Eli dit :

    Merci bien pour le partage. Il n’est pas trop difficile de trouver des services de remorquage si on n’a pas son propre camion plateau, par exemple. Si vous voulait toujours faire la transportation soi-même, il faut assurer que vous savez bien conduire avec une remorque, ce qui n’est pas toujours évident.
    Eli | remorquagecharette.com

Laisser un commentaire!

Ajouter un commentaire ci-dessous ou trackback depuis votre propre site. Vous pouvez aussi souscrire à ces commentaires via un flux RSS.

Merci de faire preuve de respect et de ne pas spammer ce billet.

Vous pouvez utiliser ces tags html:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site est compatible avec les Gravatar. Pour obtenir votre propre avatar, merci de vous enregistrer sur Gravatar.