Warning: set_time_limit() has been disabled for security reasons in /home/clients/923df414e0a8129c4737e91ad2f19d52/auto-satisfaction.be/wp-content/plugins/subscribe2/subscribe2.php on line 64
La Peugeot 203 relance toute seule la marque après-guerre | Auto-Satisfaction
Histoire
News
Reportages
Clin d’oeil
Souvenirs
Accueil » Histoire

1948: La Peugeot 203 relance toute seule la marque

Déposé par dans 15/08/2010 – 12 12 18 08188Pas de commentaire

Le premier salon de Paris de l'après-guerre s'ouvre en octobre 1948 sur trois nouveautés de la production française : la 2cv, la Ford Vedette et la Peugeot 203. Pour Peugeot, l'enjeu est grand. La guerre n'a pas permis à la 202 de faire la carrière légitimement espérées, les usines sont très abimées par les bombardements et les machines ont pris le chemin de l'Allemagne par trains entiers. Il est indispensable que la 203 soit un succès. Etudiée dès 1943 à l'insu de l'occupant, le premier prototype de la 203 sera termine le 15 juillet 1946. Il s'agit déjà d’une version presque définitive. Au rayon des solutions abandonnées s’il faut compter faut compter la traction avant, il faut surtout regretter la boîte de vitesse révolutionnaire à réducteurs qui aurait offert 3 vitesses courtes et 3 vitesses longues. Une des premières voitures de série tournera pendant 100.000 kilomètres sur l'autodrome de Montlhéry. Ce test permettra de commercialiser une voiture parfaitement au point. Le peu de modifications qu’elle recevra en 11 années de production le prouve. Contrairement à son apparence et à sa vitalité, la 203 est une petite voiture, animée par un 4 cylindres de 1290cc. Son rôle était simplement de remplacer la 202. Mais Peugeot, qui a toujours proposé une large gamme de modèles, va devoir entre l'arrêt de la production de la 202 en juillet 1949 et la naissance de la 403 en avril 1955, confier son sort à la 203,  modèle unique au catalogue de la marque.

Présentée à la presse et aux concessionnaires à la fin de l’année 1947,  montrée au grand  public en octobre 1948, la 203 est livrée à partir de janvier 1949. La production sera limitée à une centaine d'exemplaires par jour, faute de matières premières.  La ligne « très américaine »  de la 203 contribue à son succès. L'Amérique est alors non seulement synonyme de progrès, mais aussi d'espoir. Reste à savoir si les stylistes se sont, comme on le dit souvent, inspirés de la Lincoln Zéphir 1936/39 et de la Packard Clipper 1941/42. De nombreux accessoiristes souligneront encore cette tendance en proposant des calandres spéciales.

Regardons-la de plus prêt, cette nouveauté: le moteur est presque carré (75x73). Sa culasse hémisphérique est en alpax, ses chemises humides sont amovibles. Elle possède, et c'est assez nouveau pour une voiture de grande série, une direction à crémaillère et des freins hydrauliques. Elle est équipée d'un pont à vis avec tube de poussée, de ressorts hélicoïdaux à l'arrière, et d'un ressort transversal classique à l'avant. Chose moins réjouissante, la première n'est pas synchronisée (elle le deviendra en 1954). La boîte offre 3 vitesses plus une surmultipliée. Je ne résiste pas à l'envie de vous raconter l'histoire de ce monsieur qui trouvait sa 203 très bruyante à haut régime. L'essayeur de chez Peugeot ne remarqua rien de spécial, mais le monsieur, qui continuait à s’en plaindre, avait encore besoin d’un « d'un certain temps » pour découvrir la présence de la surmultipliée! Et tant qu'il est question de la boîte de vitesses, notons que sa commande est au volant, une formule très à la mode outre-Atlantique. L'équipement est complet et comporte même un toit ouvrant de série, et des points d'ancrage pour un porte-bagages. Au tableau de bord, la montre est absente, et pire encore, un témoin de température d’eau, mais le superbe volant à 4 branches métalliques excusera bien des choses. Certains détails dans la disposition des accessoires ont un petit parfum d'avant-guerre : les instruments de bord sont au centre (et ont l’énorme avantage de s'ouvrir comme les boites à gants, ce qui est idéal pour changer une ampoule), il subsiste une commande d'avance manuelle au tableau de bord, une trappe d'aération s’ouvre a la base du pare-brise, etc...

Toutes les vitres sont plates et la lucarne arrière est assez étroite. Il est amusant de signaler qu'au niveau du prototype, il était prévu 4 glaces latérales identiques. Les pare-chocs sont peints, et possèdent simplement une petite ligne chromée. Les premières voitures sont reconnaissables à quelques détails: le coffre s'ouvre grâce à 2 grosses poignées chromées placées de part et d'autre de la plaque arrière. Le levier de vitesse est peint, il y a des cimiers chromés sur les ailes avant et les sièges avant sont surmontés d'une barre chromée, prête à accueillir les dents des passagers arrière en cas de freinage violent. L’éclairage arrière était à l’origine confié à l’éclaire-plaque garni de deux petits feux rouges, l'un servant de feu de position, l'autre de stop. Le code de la route a voulu les feux arrière par paires. Les premières voitures ont donc reçu 4 petits feux rouges à la base des ailes arrière, rapidement remplacés par le modèle bien connu.

La berline a été produite à environ 485.000 exemplaires (les chiffres varient d’après les sources), entre octobre 1948 et février 1960. La version de base avait un toit ouvrant de série. Une version simplifiée nommée « affaire » n’aura pas droit au toit ouvrant et ses pare-chocs sont peints et sera bien moins attirante que la superbe découvrable. Mis à part les pare-chocs et l’éclaire-plaque qui changeront à plusieurs reprises, la 203 ne subira qu’un seul lifting sur le modèle 1953. Nous consacrerons bientôt un article à cette évolution et sur les différentes carrosseries proposées.

Jacques Bougnet

FICHE TECHNIQUE

Moteur 4 cylindres en ligne de 1290cc (75mm x 73mm) d'une puissance de 42 cv à 4500 tours par minute. Taux de compression: 6,9. Moteur chemisé. Vilebrequin à 3 paliers. Culasse en alpax avec chambres de combustion hémisphériques. Carburateur simple Solex. Refroidissement par eau.

Embrayage Ferodo à disque unique travaillant à sec.

Boite de vitesses à 4 vitesses + marche arrière. (la 1e n’est pas synchronisée, le 4e est surmultipliée (rapport de 1,31)

Transmission par arbre à cardan enfermé dans un tube de poussée.

Pont arrière à vis et avec différentiel à deux satellites.

Suspension avant par ressort transversal, ressorts hélicoïdaux à l’arrière, 4 amortisseurs hydrauliques à double effet.

Direction à crémaillère à rattrapage automatique. 3 tours de volant entre butées. Rayon de braquage 4,52m

Freins Bendix à transmission Lockheed et garniture Ferodo.

Roues de 155x400 à 3 trous.

Equipement électrique 12 volts. 2 batteries 6 volts de 58 ampères dans les ailes avant.

Dimensions: Voies av et ar: 1,32m. Empattement: 2,58m. Longueur: 4,35m. Largeur: 1,61m. Hauteur à vide: 1,56m.

Vitesse: + de 115 Km/h.

Partagez :
  • Print
  • Digg
  • StumbleUpon
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Yahoo! Buzz
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • Google Buzz
  • LinkedIn
  • Live
  • email
  • Identi.ca
  • RSS
  • MySpace
  • Ping.fm

Laisser un commentaire!

Ajouter un commentaire ci-dessous ou trackback depuis votre propre site. Vous pouvez aussi souscrire à ces commentaires via un flux RSS.

Merci de faire preuve de respect et de ne pas spammer ce billet.

Vous pouvez utiliser ces tags html:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site est compatible avec les Gravatar. Pour obtenir votre propre avatar, merci de vous enregistrer sur Gravatar.